Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 00:05

 

La Bourse actuellement

 

Petit historique de l’association

 

J.L. Peudon

 

 

          Février 2006 : Le maire présente un « projet de requalification » urbaine qui consiste en la réalisation d’un îlot commercial en bordure du secteur sauvegardé. Il doit s’accompagner de la destruction d’une maison de retraite qui a occupé les locaux d’une ancienne clinique, de la transformation de la Bourse du Travail devenue un passage, de la construction d’un ensemble commercial.

 

          Mars 2006 : Press Troyes, le journal municipal apprend que le passage aménagé dans la Bourse pourrait prendre le nom de Passage St-Nicolas.

 

          Mai 2006 : la majorité du conseil municipal de Troyes (UMP, divers droite, Front National) se prononce pour la désaffectation et le déclassement de la Bourse du Travail.

 

          Septembre 2006 : l’association Bourse du travail Mémoire vivante se constitue à l’issue des réunions du 31 mai, 21 juin et 29 septembre. Elle demande que la Bourse reste un lieu à fonction sociale sous différentes formes rappelées dans les statuts.

 

          Décembre 2006 : l’association participe à une réunion du comité de pilotage, à laquelle assistaient MM François Baroin, maire et président de la CAT, Dominique Boisseau, maire-adjoint, en charge de la sauvegarde du patrimoine historique, B. Reichen architecte, M. Favre directeur d’ALTAREA, responsable de l’opération commerciale.

Ce comité s’inscrit dans la ligne commerciale avec laquelle l’association est en désaccord mais fait des propositions qu’elle accueille favorablement :

- les propositions de B. Reichen de placer au fronton du bâtiment une mention rappelant l’existence de la Bourse du travail, de conserver les inscriptions à caractère historique figurant actuellement sur les murs, de réaliser des fresques sur les six piliers se trouvant dans le futur passage aménagé à l’intérieur du bâtiment.

- la promesse par Dominique Boisseau de mettre à sa disposition un local place Jean Jaurès (alias, place de la Bourse). Après avoir visité en janvier 2007 un pas de porte qui venait de se libérer, la proposition restera sans suite.

 

          Février 2007 : Première assemblée générale.

          Anna Zajac, présidente, mentionnant quelques aspects positifs, regrette un certain flou sur le nom du bâtiment que l’on parle de débaptiser pour devenir, après percement, le passage St-Nicolas du nom de l’église voisine. Les photos du futur centre d’animation commerciale placées sur les lieux du chantier, dans les jours suivants, ne font que confirmer ces craintes.

          La décision est prise de produire une revue périodique sur l’histoire liée à la Bourse du Travail. Deux des membres de l’association, Michel Choquart et Olivier Pottier font part des résultats de leurs recherches concernant l’histoire du mouvement ouvrier aubois, largement méconnue malgré sa dimension nationale, et l’histoire du bâtiment comme centre d’une vie sociale multiforme. Il est projeté de faire une première publication de travaux pour le premier mai suivant.

 

          Année 2007 : Il est procédé à la destruction de la maison de retraite et à la démolition intérieure de la Bourse du Travail.

 

          Janvier 2008 : la Commission Départementale d’Equipement Commercial autorise ALTAREA-Troyes à créer un ensemble commercial nommé Passage St-Nicolas de 5850 m2.

 

          Février 2008 : AG de l’association : lancement de la pétition sur le thème : La Bourse du Travail doit garder son nom.

 

          Avril 2008 : La FNAC dépose un recours en tribunal administratif contre un projet qui, par les activités retenues, se présente moins comme une locomotive que comme une concurrence nouvelle par rapport à l’existant.

 

          Début 2009 : ALTAREA-Troyes se retire du projet.

 

          Mars 2009 : la présidente de l’association, interviewée dénonce l’effroyable gâchis d’une opération où tout se fait dans l’urgence et demande à nouveau que l’on s’intéresse à un projet culturel.

 

          Milieu 2009 : La municipalité demande une expertise à un cabinet d’urbanisme commercial.

 

          Novembre 2009 : Après une enquête de trois mois, le cabinet confirme la « pertinence commerciale et économique du site ».

 

          28 novembre 2009 : l’association tient une conférence de presse dénonçant l’obstination insensée de la municipalité  et faisant d’autres propositions : une maison du tourisme vendant des produits régionaux et un pôle culturel pour des expositions, des concerts, des troupes théâtrales, Troyes manquant de salles moyennes.

 

          30 novembre 2009, Lacoste annonce son intention d’implanter son futur musée à Troyes.

 

         Décembre 2009 : Organisation d’une soirée-débat, à l’occasion de la projection du film d’Alain Guillon « le dossier textile ou le temps fini », sur la création d’un véritable musée de la bonneterie à Troyes.

 

          Début 2010 : Lacoste annonce son intention de créer un musée à Troyes.

 

          4 mai 2010 : Compte-rendu d’un audit réalisé par le cabinet CVL, spécialisé en urbanisme commercial, du potentiel commercial de l’îlot Bourse du Travail. L’exécution du projet lui est par ailleurs confiée.

 

          27 mai 2010 : La majorité du conseil municipal (UMP, divers droite, F.N.) vote en faveur du déclassement de la Bourse du Travail ; sans débat. Le maire n’apporte aucune réponse aux interrogations de l’opposition au projet.

 

          Semaine du 31 mai au 5 juin, les responsables de l’Association Bourse du Travail Mémoire Vivante expriment dans les colonnes des journaux locaux et FR3 leur opposition en faisant valoir que le projet n’est pas économiquement viable, ainsi que l’ont montré les échecs précédents et qu’il est en contradiction avec la démarche de la ville qui a obtenu le label de ville européenne du textile. Une pétition sur le thème : la Bourse n’est pas à vendre est mise en circulation.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Fabrice Sabatier 04/04/2011 06:35



Bonjour, 


Peu de personnes le savent mais Jimi Hendrix a donné un concert à la bourse du travail en 1966, avant ou après les concerts du Jimi Hendrix Experience en première partie de
Johnny Halliday. Une association l'a fait venir à la vite un jour ou le groupe n'avait pas de première partie. Il y eu ce soir là quelques "blousons noirs" qui assistèrent au concert et... très
déconcerté (...) par la musique proposée, le "pauvre" Jimi Hendrix reçu nombres projectiles...


Fabrice Sabatier (née à Troyes)